Mises à jour sur l’équité salariale !

De nombreux membres ont exprimé des inquiétudes quant aux délais du processus de demande d’équité salariale. Voici une mise à jour de la société le vendredi 8 janvier :

Quand vais-je recevoir mon paiement?

Nous avons conscience de l’importance de ces paiements. C’est pourquoi nous avons mis en place un procédé pour effectuer un examen complet tout en avançant le plus rapidement possible. Les paiements seront versés une fois que toutes les demandes auront été passées en revue. Postes Canada prévoit traiter les paiements en 2021.

Les personnes touchées ont été informées du processus de résolution en différentes vagues, ce qui fait en sorte que la date limite pour soumettre une demande varie selon le groupe. Une fois la période de demande terminée pour tous les groupes, Postes Canada et l’ACMPA examineront les demandes afin de calculer les paiements individuels. Ce n’est qu’une fois ce processus terminé que Postes Canada pourra commencer à verser des paiements.

Veuillez noter que votre syndicat a réussi à obtenir de la société qu’elle accepte les lettres retournées après la date du 16 décembre. Veuillez continuer à envoyer vos questions et préoccupations par courriel à CPAAequity.equiteACMPA@canadapost.postescanada.ca

Lettre à l’honorable Maryam Monsef, la ministre des Femmes et de l’Egalité des genres et du Développement économique rural, à l’occasion de la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, le 6 décembre.

En cette Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, je vous écris au nom de l’Association canadienne des maitres de poste et adjoints pour vous demander un appui concret pour les femmes du Canada rural qui représentent
95 p. cent de nos membres.

Les refuges pour femmes ressentent partout la pression de la pandémie, particulièrement dans les secteurs ruraux du pays. En septembre dernier, un rapport de l’organisme Hébergement femmes Canada a souligné le manque de financement et de ressources pour les femmes et leurs enfants fuyant des relations de violence, particulièrement dans les secteurs ruraux, éloignés et nordiques.

Un nombre disproportionné de femmes cherchant à se protéger contre la violence dans le Canada rural sont des Autochtones. Selon Statistique Canada, en avril 2018, près de 20 p. cent des femmes et des enfants dans des refuges non autochtones s’identifiaient comme Premières Nations, Métisses ou lnuites, comparativement à un dénombrement de la population totale de 4 p. cent de femmes canadiennes (âgées de 18 et plus) et 8 p. cent des enfants dans leur ensemble.

ll y a quelques jours à peine, le 25 novembre, Hébergement femmes Canada a confirmé que des taux croissants de violence 6mergent des condition prévalant durant la pandémie, l’isolement et les restrictions imposées par la COVID étant utilisés par les agresseurs pour contrôler, réduire au silence et confiner les femmes. L’organisme a déclaré que << Les demandes – en matière de capacité d’accueil et de gestion de cas de violence plus graves ne font qu’augmenter à mesure que la pandémie se poursuit. >>

À titre de maitres de poste et d’adjoints qui vivons et travaillons dans plus que trois milles collectivités rurales, nous veillons constamment sur nos voisins et leurs familles. Nous sommes profondément préoccupés par le manque de financement et de ressources pour les situations d’urgence et les refuges de deuxième étape de même que les distances que les femmes des collectivités rurales doivent parcourir pour y avoir accès. Le Canada peut et doit faire mieux pour nos familles rurales.

En votre double qualité de ministre des Femmes et de l’Egalité des genres et du Développement économique rural, notre Association vous exhorte à travailler avec des organisations telles Hébergement femmes Canada dans le but d’accroitre le financement et les ressources pour les refuges pour femmes dans les collectivités rurales, éloignées, nordiques et autochtones.

Nous aimerions renouveler notre demande rencontre avec vous et nous attendons de nouvelles avec impatience.

Je vous prie d’accepter, Madame la Ministre, I’expression de mes sentiments distingués,

Brenda McAuley
Présidente nationale, l’Association des maîtres de poste et adjoints

La présidente nationale de l’ACMPA, Brenda McAuley, en compagnie de l’artiste Claudia Salguero (à l’avant, à gauche)
lors du dévoilement de la murale du projet d’art communautaire au bureau national de l’ACMPA à Ottawa.

Message de la présidente nationale

Ce qui suit est une version modifiée du rapport présenté par la présidente nationale Brenda McAuley lors de la réunion annuelle de l’ACMPA qui a eu lieu en
octobre. Pour obtenir une copie intégrale de ce rapport, veuillez communiquer avec le Bureau national.

Cette année en a certainement été une qui figurera dans les livres d’histoire! Nos membres et notre Association ont dû relever de nombreux défis alors que nous avons, avec la planète, fait face à la pandémie de COVID-19 qui a jusqu’à présent coûté la vie à plus de dix mille Canadiens et plus d’un million de personnes à travers le monde. Cette pandémie mondiale démontre l’importance des services publics tels que les soins de santé et les services postaux pour nos communautés. Nous pouvons seulement espérer que cela restera gravé dans la mémoire des gens pendant de nombreuses années.

Dès le début, le gouvernement fédéral a déclaré que les bureaux de poste faisaient partie de la réponse du plan canadien de lutte contre la pandémie, faisant en sorte que nos membres sont restés en tant que travailleurs de première ligne au travail tandis que d’autres ont dû rester à la maison. La pandémie a fait monter en flèche les commandes en ligne, et nos membres ont encore du mal à faire face à un volume de colis toujours aussi élevé à l’approche de Noël.

Au cours des premiers jours et des premières semaines de réponse à la pandémie qui a frappé notre pays, la situation changeait d’heure en heure, créant beaucoup d’incertitude et de confusion. Les officiers de l’ACMPA étaient en communication constante avec Postes Canada, tant au niveau National qu’au niveau des sections. Nous avons continuellement insisté auprès de la direction sur le besoin urgent d’équipements de sécurité et de protection. Nos bureaux et nos plateformes de communication étaient inondés de questions, de commentaires et de préoccupations de la part de nos membres. Nous avons suivi tout ce qui arrivait et nous nous sommes assurés de transmettre les préoccupations et les demandes de nos membres à la direction. Nous avons envoyé des informations sur les congés spéciaux et les congés de quarantaine, la législation en matière de santé et de sécurité et les directives de santé publique.

L’Association a continué de réclamer des équipements de protection individuelle (ÉPI) tout en restant consciente du fait que les stocks de matériel médical et d’équipements de protection dont on avait cruellement besoin étaient épuisés dans le monde entier et étaient réservés aux travailleurs de la santé de première ligne. À la fin du mois de mars, Postes Canada avait commencé à expédier des gants, des gels désinfectants, des barrières, puis des masques de protection à nos bureaux de poste. Certains membres ont trouvé que les barrières en PVC étaient fragiles et que, dans l’ensemble, la longue attente pour cet équipement de protection créait beaucoup de stress. Pendant que nos membres attendaient cet équipement, ils ont imaginé leurs propres moyens créatifs et mémorables pour essayer d’assurer leur sécurité. Nous sommes reconnaissants à tous nos membres qui ont partagé leurs histoires et leurs photos avec nous et entre eux pour nous remonter le moral. Je continue d’avoir des ap-pels hebdomadaires avec Postes Canada et tous les dirigeants syndicaux pour discuter de toutes les questions liées à la COVID dans nos bureaux de poste. Cela s’est avéré très utile pour résoudre rapidement les problèmes.

Au début, les officiers et le personnel du Bureau national travaillaient à domicile, à l’exception de Sylvie, notre gérante de bureau et de moi-même. Comme notre lieu de travail est situé en Ontario, en juillet, le gouvernement a jugé qu’il était sûr de faire revenir tout le monde au bureau. Je dois dire que cela a été agréable de revoir toute l’équipe. La conduite virtuelle de nos réunions à l’aide de plateformes en ligne telles que Zoom a certainement constitué une courbe d’apprentissage difficile pour tout le monde. Toutefois, les téléconférences et les réunions en ligne ont été jusqu’à présent assez fructueuses. Nous avons également permis à notre Association d’économiser beaucoup d’argent qui aurait autrement été dépensé en frais de voyages.

Nous savons tous qu’une rencontre en ligne n’est pas la même chose qu’une rencontre en personne pour certains événements. Malheureusement, la pandémie nous a obligés à reporter nos séances de formation Juste Pour Vous. Nous espérons être en mesure de fournir ces formations en 2021. De même, nous avons dû interrompre notre processus d’élection des représentants de la santé et de la sécurité.

La pandémie est loin d’être terminée et nous sommes confrontés à une résurgence des cas à l’approche des mois plus froids. J’espère que nous pourrons continuer à rester en sécurité et à veiller les uns sur les autres. En tant que syndicat, c’est notre mission.