La pandémie de COVID-19

Veuillez continuer à consulter cette page pour les mises à jour.
Les mises à jour les plus récentes apparaîtront en haut de la page.

Message de la présidente nationale, juin 2020

Alors que la pandémie de COVID-19 se poursuit, nous avons concentré nos efforts pour tenter d’assurer que tous nos membres ont accès à l’équipement de protection individuelle. Postes Canada a accepté récemment de fournir à tous les employés des bureaux de poste des masques faciaux que vous devriez recevoir très bientôt. Comme toujours, si vous ne recevez pas vos masques, veuillez en informer votre section dès que possible!

Nos Congrès de sections du printemps se sont tenus par conférence téléphonique, ce qui représente un grand changement pour toutes les personnes concernées. Je veux que vous sachiez à quel point vos officiers de sections travaillent avec acharnement pour vous, même si la pandémie nous a tenus éloignés les uns des autres. Voici des messages de nos officiers de la Section de la Colombie-Britannique et Yukon et la Section des Maritimes.

La Colombie-Britannique et Yukon

Le maître de poste de Lanark, Anders Carson, l’un de nos directeurs de la Section de l’Ontario, nous a écrit régulièrement des « Lettres du front » et je veux vous en présenter des extraits. Je suis certaine que plusieurs de nos membres peuvent se reconnaître dans les expériences d’Anders. Merci Anders! Si quelqu’un d’autre a des histoires vécues à partager, veuillez nous les faire parvenir!

Par ailleurs, nous avons constaté la réception d’un flux constant de réclamations en matière d’équité salariale. Vous avez peut-être lu également des articles dans certains médias concernant la réalisation d’une formulation prometteuse de notre nouveau contrat d’obtenir des services financiers dans nos bureaux de poste. Voici un lien vers un article du National Observer qui comprend une entrevue avec la présidente de notre section de la Colombie-Britannique et du Yukon, Carolyn Elliott (nous vous prions de nous en excuser, mais l’article est en anglais uniquement). J’ai également fait une entrevue avec Blacklocks Reporter, la publication Internet qui a initialement publié le récit des études censurées de Postes Canada sur le service bancaire postal (le lien mène vers l’article payant). Nous allons exercer de fortes pressions pour nous assurer que ceci est une promesse qui sera tenue par Postes Canada. 

Le nouveau contrat lui-même devrait être imprimé d’ici la fin de juin et il est à souhaiter que les membres en reçoivent très bientôt un exemplaire.

Il est à espérer que la pandémie a montré à tous les Canadiens l’importance d’un bon service postal dans leurs collectivités. Nous savons que plusieurs d’entre vous sont aux prises avec une charge de travail accrue en raison du plus grand nombre de colis et de commandes en ligne. Si certains ont des préoccupations, par exemple des problèmes de santé et de sécurité, il est essentiel de communiquer avec votre section qui travaillera avec nos représentants en santé et sécurité pour tenter de régler le problème et le transmettre à un échelon supérieur si cela s’avère nécessaire.

En toute solidarité,
Brenda McAuley, Présidente nationale

N’oubliez pas…

Vos Officiers de section peuvent vous informer de vos droits, y compris votre droit légal de refuser un travail dangereux si nécessaire.

Nous voulons continuer à entendre vos histoires et celles de vos communautés pendant cette période difficile. N’hésitez pas à nous les faire connaître en utilisant le formulaire de contact sur notre site web ou en nous envoyant un courriel au bureau national. Et n’hésitez pas à nous faire part de vos suggestions et à nous envoyer des photos !

N’oubliez pas de surveiller notre page de renseignements pour obtenir des mises à jour et le site Web de la Société postescanada.ca au portal « Je suis un employé. »

Le maître de poste de Lanark, Anders Carson, l’un de nos directeurs de la Section de l’Ontario, nous a écrit régulièrement des « Lettres du front ». Si quelqu’un d’autre a des histoires vécues à partager, veuillez nous les faire parvenir!

« Cette semaine, mes cheveux commencent à ressembler à ceux
de Jerry Garcia sur un chameau en 1978. »
– Anders Carson, « Lettre du front # 6 » 27 avril, 2020

Le 22 mars, 2020

Je suis un employé de Postes Canada qui travaille comme maître de poste à Lanark en Ontario. Je savais que quelque chose avait changé lorsque j’ai commencé à recevoir plus d’informations et que le langage utilisé devenait plus insistant, se terminant par une déclaration : « Si vous voyez quelque chose, dites-le-nous! » Ce sont les termes exacts qui ont été utilisés dans les jours suivants les attentats du 11 septembre. Donc, puisque je suis un travailleur de première ligne et aussi un auteur, je vais envoyer à tous des mises à jour de bonne foi et véridiques.

Voici ce qu’on a mis en place dans notre bureau qui va aider à diminuer l’anxiété et l’hystérie qui sont en croissance. J’ai doublé le nettoyage du bureau et la personne qui fait le ménage qui, au début de la semaine, n’était pas en faveur de l’idée, m’a regardé droit dans les yeux vendredi et m’a dit : « la communauté a besoin de toi… » Elle fait le ménage pour aider à ce que le personnel et les clients se sentent en sécurité. Dans ces périodes d’incertitude, on doit tous travailler ensemble, et ce, à tous les niveaux.

Dès lundi, je serai beaucoup plus ferme avec les aînés qui passent l’hiver au sud qui reviennent au pays et qui veulent qu’on leur remette leur courrier sans qu’ils soient allés en auto‑isolement. On va les appeler et prendre de leurs nouvelles et les éduquer pour leur expliquer qu’ils ne doivent pas se présenter au bureau de poste avant d’avoir terminé leur période d’auto-isolement de 14 jours. On leur demande de ne pas venir au bureau de poste et leur expliquons que leur courrier retenu leur sera livré, mais qu’il ne leur sera pas remis au comptoir du bureau de poste. C’est pas le temps de sortir et de répandre « l’amour ».
Pour vous donner un aperçu à quel point on est véritablement mondiaux, un des camionneurs de longue distance est allé chercher une livraison dans un « point chaud » dans l’état de Washington, ce qui est vraiment loin du bureau de poste de Lanark…

On traverse tous une période difficile et on doit se rappeler que travailler ensemble sera la clé du succès. Je mesure le succès par un nombre inférieur de cas qui se déclarent tous en même temps et qui créeront de la pression sur les intervenants de première ligne dans les hôpitaux. C’est un bon moment de garder un œil sur ce voisin âgé, celui qui a des problèmes pulmonaires, celui qui souffre du diabète ou dont le système immunitaire est compromis ou celui qui souffre du cancer, car ils ont peur, et nous, à Postes Canada, on est le phare de la communauté.

Le 29 mars, 2020

On nous a informés que les gants et le plexiglas avaient été envoyés à certains bureaux, ce qui a remonté le moral dans le bureau. C’était comme si nos préoccupations étaient prises au sérieux. C’était encourageant de constater que plus de gens adhéraient à la réalité de l’éloignement social. On a choisi la règle de servir un seul client à la fois dans le bureau. On est polis et serviables parce qu’on sait qu’on agit en tant que phare alors que plus de commerces ferment leurs portes et que les budgets deviennent plus serrés, on le voit dans les yeux de ceux qui viennent au bureau. 

Je vous dirais qu’il y a un sentiment qui va et qui vient ces temps-ci. Ça doit être comme une caissière dans une banque qui a été victime d’un vol quelques années auparavant. Vous savez pas si le prochain client sera un voleur et le cœur vous débat quand vous l’accueillez. Vous savez pas s’ils sont porteurs du virus ou si vous l’êtes. Vous ne le savez pas. Donc, vous décidez de surmonter ce sentiment d’incertitude. Vous allez chercher plus loin à l’intérieur de vous-même, plus loin que vous l’auriez imaginé et vous les accueillez.

Deux employés contractuels ont quitté leur emploi lundi. Le courrier et les colis commençaient à s’accumuler et ensuite j’ai réalisé que les gens viendraient chercher leur courrier. Je suis certain que vous vivez la même situation. Une crise d’anxiété, la mâchoire qui se resserre quand vous vous réveillez dans la noirceur à 3 h 40 et que vous imaginez les files à l’épicerie; celles tôt le matin avec les aînés qui se lèvent tôt comme à l’habitude et qui sont prêts à aller faire quelque chose, n’importe quoi. Mais, c’est le moment où on doit garder cette distance.  

Par contre, on est aussi humains et créatifs. On place des pancartes dans nos fenêtres pour souhaiter bonne fête à un petit garçon pendant que sa mère conduit sur la rue principale pour qu’il puisse voir l’amour que lui démontre sa communauté. C’est un anniversaire qu’il n’est pas près d’oublier. L’étrangeté, la froideur surréelle de l’éloignement social veut pas dire pour autant qu’on doit perdre notre sens de l’humour. On n’a pas besoin de perdre notre passion pour la vie. On n’a pas à oublier notre voisin. Ce dont on a besoin c’est cette garantie quotidienne que ça va bien aller. C’est presque comme un boxeur qui s’en va dans l’arène, la tête qui branle d’un côté à l’autre, se disant c’est OK, c’est OK, c’est OK. Nous allons nous en sortir. Le mot-clé ici est « nous ».

Cette semaine, un agent de la GRC est venu au bureau et a vu nos gants. Ceux qu’on avait apportés de la maison. Il est allé nous en chercher une boîte. Il nous a remerciés d’être ici et je l’ai remercié d’être là. Il allait bientôt être redéployé là où on aurait besoin de lui. On doit aussi se rappeler qu’on fait tous face à la même tempête. […] Notre bureau est maintenant notre camp de base pour la propreté. On communique entre nous, on échange des paroles d’encouragement et on réalise que le fait de regarder les nouvelles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 va juste nous donner un gros mal de ventre. 

Ça va être plus long qu’on pensait. Préparez-vous mentalement pour ce changement et dites-vous que vous n’êtes pas seul, qu’on est des milliers qui parcourent les rues pour livrer les colis aux clients de nos véhicules et qu’on est le visage de Postes Canada quand ils viennent au bureau (un à la fois…). 

Ensemble on va y arriver. Ensemble, on est indispensables.

Le 6 avril, 2020

Cette semaine, une jeune fille qui travaille à la chocolaterie, maintenant fermée, de l’autre côté de la rue du bureau de poste (bien située pour les amateurs de chocolat…) est venue au bureau en milieu de semaine alors que je semblais être dans le creux de la vague devant la réalisation qu’on allait devoir travailler plus fort qu’à Noël, que la quantité de colis augmentait de manière exponentielle et qu’on devait continuer d’exploiter un semblant de commerce. Elle est venue nous apporter des œufs en chocolat pour nous remercier d’être ouverts, d’être ici et parce que le public sait qu’on est ici. Encore une fois, on est ce bastion d’une des dernières places dans les villages à travers le pays où le drapeau canadien flotte fièrement.

Lettre #5

Maintenant, je regarde dans le miroir et plutôt que de voir Castaway, c’est les débuts de la Guerre du feu qui prennent forme… Au comptoir, plus de gens portent des masques, mais la quantité de colis qui entrent et qui sortent est incroyable. C’est presque comme Noël, mais en avril. Si ça dure encore longtemps, ma barbe va être grise et j’aurai qu’à prendre du poids et je pourrai faire des publicités pour le père Noël.

Les gens se comportent mieux et ils font la file à l’extérieur à une distance respectueuse. Je garde une fenêtre ouverte pour aider à faire sortir l’odeur du Javex. Je pense que ça va être synonyme de germes pour longtemps dans ma mémoire.Les gens qui viennent poster ou récupérer des colis remercient tout le personnel d’être là. Je veux dire qu’ils nous remercient sincèrement. Souvenez-vous de ces paroles pleines de bonté, elles sont vitales

Le 27 avril, 2020

Il y a quelques semaines, je racontais qu’il y avait une chocolaterie en face du bureau de poste. C’est « dangereux » dans des circonstances plus favorables, mais ces derniers temps, ils affichent dans leur fenêtre un immense arc‑en‑ciel avec des messages qui remercient tous les travailleurs essentiels de notre communauté. C’est ça que nous regardons tous les jours. 

La semaine dernière, j’ai entendu aux nouvelles qu’une journée, on avait traité 1,8 million de colis. Et on est au mois d’avril. Ils jouent notre chanson préférée (It’s the Most Wonderful Time of the Year). Je vais pas chanter des chants de Noël, mais je sais qu’on traite beaucoup d’articles dont les gens ont besoin : des médicaments, des chèques du gouvernement, des billets de loterie à gratter pour celle qui célèbre son anniversaire et une nouvelle rangée de boîtes postales. 

Pour essayer d’avoir un semblant de normalité dans ces temps-ci, je suis allé faire l’inspection des itinéraires de livraison, trois de ces itinéraires. Un de ces itinéraires est de 160 km. Le plus petit trajet des quatre est de seulement 125 km. C’est un grand secteur qu’on doit couvrir pour effectuer le « dernier kilomètre » avant d’arriver chez nos clients.

On a demandé à notre superviseur d’apporter des masques pour notre personnel. Hourra! On a également apporté d’énormes changements à notre hall d’entrée; On utilise une table, on a enlevé le clavier NIP avec la clé magique qui se trouve dans nos voûtes à travers le pays. Il y a 6 pieds de corde (ce 6 pieds dont on a tant besoin ces temps-ci) avec du ruban adhésif et ayant recours à notre ingéniosité à la McGyver, on est capables de maintenir la distanciation appropriée avec les clients. 

Le 11 mai, 2020

Pendant la fin de semaine, on a regardé des vieilles séries télé; quelques épisodes de Golden Girls dans lesquels on aperçoit des avions atterrir pendant le générique et une mélodie qui une fois que vous l’avez dans la tête, vous la fredonnez pendant toute la journée. C’était incroyable de voir une situation se résoudre et se conclure en moins de 20 minutes. Par moments, j’ai regardé les chaînes de télévision qui font état du nombre de décès aux États‑Unis et à travers le monde. C’est vraiment atroce de voir toute cette souffrance. Par contre, vous voyez combien les gens prennent soin des autres et donnent un coup de main, que ce soit virtuellement en partageant des histoires drôles ou par des exploits héroïques juste en faisant leur travail. 

I know the amount of parcels in our offices have exploded.  One of the things that those numbers aren’t really telling us is the size of the parcels.  I know we measure every one coming in but it seems to be a discrepancy between days when some of the drivers have 55 parcels that are huge and they do double runs and then other days that have 90 that are smaller.  I think it skews the timelines immensely.  Ditto in our office so many in town parcels.  I think this will be with us for awhile. 

Je sais que la quantité de colis dans nos bureaux a monté en flèche. Par contre, ce que ces chiffres disent pas, c’est la grosseur des colis. Je sais qu’on mesure chaque colis quand ils arrivent, mais il semble y avoir une disparité entre les jours où certains chauffeurs ont 55 colis qui sont immenses et qu’ils doivent effectuer deux fois leur itinéraire, et les jours où ils ont 90 colis qui sont plus petits. Je crois que ça fausse énormément les échéanciers. C’est la même chose dans notre bureau, il y a beaucoup de colis destinés aux clients qui ont un casier postal au bureau de poste. Je pense que ce sera ainsi pendant un bout de temps. 

Normalement, à ce temps-ci de l’année, on fait le ménage dans nos bureaux, on fait les inspections. Mais avec tout le monde qui vient au bureau, les colis et la population qui fait plus d’envois par la poste, on dirait qu’on a atteint les mêmes niveaux qu’à Noël. Je sais qu’à ce temps de l’année, on devient comme un zombie et on accomplit nos tâches; s’assurer que tout le monde dans le bureau va bien, féliciter le travail bien fait, éliminer les erreurs qui monopolisent le téléphone et ensuite retourner à la maison en toute sécurité sans fermer les yeux d’épuisement. 

On a fini de préparer le jardin pour l’été. Les graines ont été plantées et arrosées et maintenant le soleil doit faire sa magie pour donner la vie. On a terminé le dernier rang dimanche et on va aussi planter les patates. Je trouve que j’apprécie les petites choses. On a passé une commande à emporter pour la première fois mercredi. Le restaurant local avait organisé une soirée grecque. On en a commandé et on en a apporté à nos voisins qui avaient vraiment besoin d’une pause de laver la vaisselle… Personne ne fait la livraison de nourriture ici. On est laissés à nous-mêmes. J’espère que vous allez bien. Soyez prudents et continuer de prendre soin les uns des autres.

Le 19 mai, 2020

On m’a appelé en fin de semaine pour me dire que le camion qu’on envoie quand le camion principal est trop chargé n’est jamais arrivé. Aujourd’hui ça va être une grosse journée… avec un G majuscule. Mais, c’est mieux de juste prendre un coin et de commencer.

Alors que nous recommençons à fonctionner en tant que société, avec ou sans masque, avec ou sans gants, […], je vais me souvenir comment on se sentait quand on regardait dans le ciel et qu’on n’y voyait aucun avion. Je vais me souvenir que les gens nous tiennent la porte ouverte (tout en retenant leur souffle…). Je vais me souvenir que les aînés ont reçu tout le respect qu’on leur doit en bénéficiant d’heures d’ouverture qui leur étaient désignées tôt le matin, que les établissements de soins à long terme ont peut-être besoin de plus de financement et que pour la première fois depuis longtemps, nous, à Postes Canada, avons été considérés « essentiels ». Alors qu’on ouvre nos bureaux pour une nouvelle journée, l’odeur de l’eau de javel ou du Lysol si piquante le matin et le camion qui fait son bip quand il recule. Ensuite, on remonte nos manches, on répond au téléphone avec courtoisie et on se donne corps et âme pour que ces colis, ces lettres et ces déclarations de revenus se rendent à bon port.

On va dorénavant être ouverts au public selon notre horaire normal. C’est une page de notre histoire. Je la tourne (sans lécher mon pouce…) et je vois qu’une belle journée s’amorce.

Soyez prudents.

Photo envoyée par notre maître de poste du bureau de Sainte Sophie de Levrard, Sylvie Hamel.

Alors que la pandémie s’aggrave, tous les niveaux de l’Association continuent de suivre les préoccupations exprimées par nos membres et les dirigeants rencontrent régulièrement la direction de la SPC pour faire part de vos préoccupations. 


La plupart de nos membres auront désormais reçu un équipement de protection pour leur bureau de poste, mais si le vôtre n’est pas encore arrivé, veuillez en informer immédiatement votre section. J’ai demandé à la direction de fournir des masques à nos membres mais elle n’est pas en mesure de le faire pour nous tous. De nombreux Canadiens fabriquent leurs propres masques pour les porter en public, comme le recommandent les experts de la santé.

Voici un lien vers des informations importantes du gouvernement fédéral sur les masques non médicaux .

Avec les modifications en cours des prestations fédérales dans le cadre de la crise pandémique, certains de nos membres temps partiel peuvent désormais bénéficier de ces prestations. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet sur le site.

La direction nous a également assuré que les employés nommés pour une durée déterminée ne perdront pas leur statut d’emploi continu en raison de la pandémie. 

Prolongation du congé spécial pour soins aux enfants et aux aînés

Nous avons été informés que la Société prolongera le congé spécial payé pour les employés qui doivent composer avec les fermetures d’écoles et de garderies, ou qui s’occupent de parents âgés qui n’ont plus accès à leurs services de soins. Dès maintenant et jusqu’à nouvel ordre, les chefs d’équipe peuvent approuver un congé spécial pour soins aux enfants et aux aînés.

Changements au congé de quarantaine

Nous avons été informés que la Société étend le congé de quarantaine comme mesure de protection pour les travailleurs âgés et ceux considérés comme à haut risque. 

À partir de maintenant, tous les membres âgés de 70 ans et plus* et tous ceux qui ont des problèmes de santé préexistants’es ou qui sont considérés comme à risque élevé (p. ex., personnes dont le système immunitaire est affaibli ou employées enceintes à qui un professionnel de la santé a demandé de s’isoler) sont admissibles à un congé payé pour mise en quarantaine.

Vous n’êtes pas tenus de fournir des pièces justificatives d’un médecin pour le moment ; sachez toutefois que l’employeur peut en faire la demande ultérieurement. 

Vous n’avez pas besoin d’utiliser vos jours personnels en premier lieu. 

Si votre demande de congé spécial a déjà été approuvée dans ces circonstances, le congé de quarantaine s’appliquera désormais et les jours personnels que vous avez déjà utilisés seront rétablis.

*N.B. Il est déjà obligatoire au Québec pour les travailleurs de 70 ans et plus de rester à la maison.

Message de la Présidente nationale 31 mars 2020

Nous continuons d’apprendre que de nombreux bureaux de poste n’ont pas encore reçu d’équipement de protection, ce qui cause un stress important à nos membres. Nous prenons cette question au sérieux et nous continuons à la porter à l’attention de la Société au quotidien.

La bonne nouvelle est que des équipements de protection ont commencé à arriver dans certains de nos bureaux. Il y a eu une certaine confusion à l’arrivée de ces kits, car la société avait initialement indiqué que les écrans de protection étaient en plexiglas. Le plastique des kits est du PVC à 12 points et s’est avéré efficace pour arrêter le flux d’aérosols. Voici un exemple de l’installation des barrières de protection dans le bureau de poste d’Almonte, en Ontario.

Ailleurs, nos membres ingénieux ont fait preuve de créativité et d’innovation afin de se protéger et de protéger leurs clients. Par exemple, un maître de poste nous a fait part de ses mesures de sécurité improvisées :

« Même avec la signalisation et le ruban adhésif pour le sol, indiquant nos attentes vis-à-vis des clients, les gens ne lisaient pas ou ne respectaient pas la distance sociale ou la limite de 2 clients dans notre bureau. J’ai pris l’initiative de fermer notre porte à clé et lorsque les clients tirent sur la porte, nous ouvrons rapidement la porte. Nous leur demandons ce dont ils ont besoin. S’il s’agit d’un retour de colis prépayé, nous demandons qu’il soit laissé sur la table du hall et nous le récupérons une fois qu’ils sont partis.  S’il s’agit d’une transaction monétaire, ils sont admis mais avec les instructions suivantes :

Une fois que j’aurai déverrouillé la porte, veuillez attendre que je sois derrière le comptoir avant d’entrer.

Veuillez verrouiller la porte derrière vous.

Restez derrière la ligne jaune si vous faites autre chose que d’expédier des colis.

S’ils envoient un colis, je demande au client de le mettre sur la balance et de reculer à nouveau derrière la ligne jaune.

S’il s’agit d’une transaction de 19+ ou d’une transaction monétaire, je recule encore pour que les clients puissent utiliser le pavé tactile.

Tous les colis ou registres qui se trouvaient sur nos étagères avant le changement de signature ont maintenant été envoyés à la livraison, ce qui a réduit la circulation des piétons dans le bureau.

Après chaque entrée, nous désinfectons le comptoir, les portes, le pêne dormant et le pavé tactile. Nous portons des gants et nous nous lavons fréquemment.

Nous avons échelonné les quarts de travail des FFRS et des membres ACMPA (volontairement) afin de n’avoir que 4 ou 5 personnes en même temps.  Cela semble bien fonctionner aussi.

J’espère que cela aidera un autre bureau. »

L’arc-en-ciel, symbole d’espoir, est partout dans les petites communautés rurales du Québec, comme à Notre Dame de Pontmain. Nous entendons aussi des histoires vraiment étonnantes de communautés qui se mobilisent pour aider les maîtres de poste à trouver des fournitures d’urgence. Nous savons qu’un lieu de travail sain et sûr est une responsabilité commune, mais tant que la Société ne peut pas acheminer les fournitures sur place, il est bon de voir les communautés venir à la rescousse.

La direction vient de publier aujourd’hui de nouvelles instructions à l’intention des chefs d’équipe concernant les employés qui prennent des congés spéciaux et des congés de quarantaine. Vos Officiers de section peuvent vous informer de vos droits, y compris votre droit légal de refuser un travail dangereux si nécessaire.

En raison de la pandémie actuelle et de l’inquiétude pour la sécurité de nos membres, notre numéro de printemps du Maître de poste canadien sera reporté pour le moment. En attendant, nous vous invitons à vous tenir informés en consultant notre site web.

Nous voulons continuer à entendre vos histoires et celles de vos communautés pendant cette période difficile. N’hésitez pas à nous les faire connaître en utilisant le formulaire de contact sur notre site web ou en nous envoyant un courriel au bureau national. Et n’hésitez pas à nous faire part de vos suggestions et à nous envoyer des photos !

Soyez prudents!

Brenda McAuley, Présidente nationale
(Travaille toujours depuis le bâtiment du Bureau national à Ottawa)

Message de la Présidente nationale, le 25 mars

La situation évolue d’heure en heure. Nous vivons une époque troublée et l’incertitude règne pour les employés, les syndicats et les employeurs. Le plus important est que nous devons tous nous engager à assurer la santé, la sécurité et le bien-être de chacun. Il ne fait aucun doute que la pandémie de coronavirus est au premier plan des préoccupations de chacun. Si vous trouvez le stress difficile à gérer en ce moment, je vous encourage à utiliser notre programme Homewood Santé en appelant
1-866-398-9505 ou en visitant leur site web.

L’ACMPA, comme tous les autres syndicats, a été en communication constante avec la Société, tant au niveau national qu’au niveau des sections, et a fait pression sur la direction sur le besoin urgent d’équipements de sécurité et de protection pour nos membres qui sont des travailleurs de première ligne. 

Il est important de se tenir au courant des instructions des gouvernements fédéral, provinciaux et municipaux pendant cet état d’urgence. Les gouvernements fédéral et provinciaux publient des mises à jour quotidiennes – parfois plusieurs fois par jour.

Il est troublant d’être un travailleur de première ligne en ce moment. L’ACMPA le sait et nous travaillons 24 heures sur 24 pour faire en sorte que vos lieux de travail soient aussi sûrs qu’ils peuvent l’être. Vos lieux de travail sont très importants pour la réponse globale à la COVID-19. Le gouvernement a annoncé que les bureaux de poste font partie de la réponse du plan canadien de lutte contre la pandémie. Nos bureaux de poste sont souvent une bouée de sauvetage pour nos communautés et apporteront des articles essentiels aux personnes qui en ont besoin. En cette période de grand besoin, nous demandons l’aide de tous nos membres pour faire en sorte que les Canadiens, dans leur ensemble, s’en sortent.

Nous travaillons avec la Société pour mettre en place des mesures de sécurité renforcées. Nous partageons vos idées avec la direction et elle est à l’écoute. En réponse à notre demande de mesures concrètes pour aider à assurer la sécurité de nos membres, Postes Canada a finalement pu obtenir des gants et des lotions désinfectantes qui ont commencé à être expédiés la semaine dernière.

Les changements apportés à la distribution reflètent la nécessité de réduire le trafic des clients et de minimiser les contacts avec nos clients dans les bureaux de poste. La nouvelle politique « Sonner, déposer, quitter » pour les envois à remettre en mains propres (ERMP) signifie que le facteur frappera, ou sonnera et laissera le colis à la porte et passera à l’adresse suivante. Ce nouveau processus inclut les articles à signature, à l’exception des articles de preuve d’âge, de preuve d’identité et des effets qui ont des frais de douane.

Des écrans en plexiglas destinés à être installés aux guichets sont expédiés aux différents bureaux, ainsi que des marqueurs au sol pour guider et éloigner les clients en toute sécurité. Les heures d’ouverture des bureaux de poste sont réduites sans incidence sur les salaires des membres. Nous avons également demandé à la Société de limiter le nombre de clients qui peuvent entrer au bureau de poste en même temps. Ce sont là des exemples de ce que nous avons pu faire jusqu’à présent et nous vous encourageons à continuer à nous envoyer vos idées et suggestions constructives via le formulaire de contact de notre site web. 

Il est très important de prendre des mesures immédiates dans votre propre bureau : faites entendre votre voix, dites aux gens de reculer et prenez le temps de vous laver soigneusement les mains entre les transactions, en particulier les transactions en espèces. Vous pouvez demander à vos clients d’utiliser une carte de débit ou de crédit au lieu de l’argent liquide et, s’ils n’ont que de l’argent liquide, veillez à vous laver soigneusement les mains après les avoir manipulées. 

Il s’agit d’une pandémie mondiale avec les graves implications qu’un tel événement entraîne. Les stocks de fournitures médicales et d’équipements de protection dont on a urgemment besoin sont épuisés dans le monde entier. Au moment où j’écris ces lignes, les hôpitaux d’ici et d’ailleurs ont des difficultés à se procurer des équipements de protection individuelle (EPI) pour le personnel médical de première ligne qui traite des patients infectés et gravement malades. Avant même que les gouvernements n’en fassent la demande, les industries ont commencé à réoutiller les chaînes de montage afin de combler les lacunes et de fournir les équipements nécessaires. Les brasseurs de bière fabriquent désormais des lotions sanitaires, divers fabricants envisagent de construire des respirateurs, les centres de congrès sont transformés en hôpitaux de campagne temporaires, et bien d’autres choses encore. Comme l’ont dit à maintes reprises nos dirigeants politiques et civiques, nous sommes tous dans le même bateau et ensemble, nous pouvons surmonter cette crise.

Nous continuerons à vous tenir au courant de l’évolution de la situation aussi rapidement que possible.

Solidairement, Brenda

Nous avons entendu vos commentaires et suggestions et nous avons eu des discussions ce week-end avec Postes Canada pour mettre en œuvre vos idées. Vous devriez maintenant avoir reçu ces affiches dans vos bureaux et des mises à jour sur vos différentes options de congé. Veuillez noter que seules les heures d’ouverture au public sont réduites à ce moment-là. Par conséquent, tous les horaires à temps plein, à temps partiel et temporaires resteront entiers.

Veuillez rester prudents.
Brenda McAuley, présidente nationale

La Société a mis à disposition les affiches suivantes pour l’intérieur et l’extérieur de vos bureaux de poste.

Dernières informations de la Société canadienne des postes (Infopost)

La convention collective de la CPAA contient des dispositions relatives à la quarantaine, notamment l’article 32.02 sur le congé de maladie :

« L’employée a droit à un congé payé pour le temps perdu pour cause
de mise en quarantaine et qu’elle est incapable de travailler, selo
l’attestation fournie par un médecin compétent. Ce congé est accordé
sans déductions aux crédits de congés de maladie accumulés. »

Aller au travail

Chaque membre devra determiner s’ils peuvent aller au travail. En ce faisant, trois questions doivent être posées :

Je suis en bonne santé mais je me demande si la poste est un endroit sain. Dois-je aller travailler ?

Vous avez le droit de refuser de travailler s’il existe une menace imminente et grave pour votre santé. Les gouvernements fédéral et provinciaux publient des mises à jour quotidiennes, parfois plusieurs fois par jour. Pour l’instant, ils recommandent que les gens utilisent des pratiques personnelles pour réduire leurs risques. Cela inclut des instructions pour que les gens gardent leurs distances les uns des autres, se lavent les mains correctement et désinfectent les surfaces d’usage courant. Ils n’ont pas dit que les gens ne devraient pas aller travailler.

À moins que cela ne change, les employés de la Société doivent continuer à aller travailler. Il est naturel de s’inquiéter mais n’oubliez pas que vous jouez un rôle essentiel en permettant à la vie des gens de continuer.

Dans les régions du Canada où il y a très peu de cas et aucune transmission communautaire, les décisions peuvent être très différentes de celles des communautés plus peuplées.

Nous travaillons d’urgence avec Postes Canada pour rédiger des protocoles pour les situations où les gens sont préoccupés par des circonstances particulières. Cela inclut le traitement des clients qui reviennent de voyages à l’étranger. De plus amples informations seront disponibles très prochainement.

Il était très inquiétant de savoir que certains d’entre vous n’avaient pas reçu de fournitures pour lutter contre ce virus. La Société nous a assuré que tous les produits de protection étaient expédiés dans tous les bureaux de poste. Veuillez tenir National informé si vous ne recevez pas ces produits dans les prochains jours.

J’ai un problème de santé qui me fait courir un plus grand risque si je suis exposé. Dois-je aller travailler ?

Il s’agit d’un problème médical. Vous devrez prendre des décisions en fonction du risque et des conséquences possibles.

Le système médical va être très occupé en ce moment. Si vous le pouvez, vous devriez discuter de cette question avec votre médecin ou votre professionnel de la santé. Si vous êtes mis en congé en raison d’un risque d’infection, vous devez contacter votre responsable le plus rapidement possible. Nous nous sommes également renseigné les options pour toutes employés dans une situation de santé compromise ou qui ont un système immunitaire faible. On nous a dit que les membres devaient utiliser congé personnel et puis demander un congé spécial au superviseur. Veuillez informer le président ou la personne désignée de votre section en cas de refus de votre demande de congé.

Je ne me sens pas bien. Dois-je aller travailler ?

Il s’agit d’un problème médical. Suivez les conseils de votre communauté. Il existe des directives locales ou provinciales pour l’auto-évaluation en fonction du risque que vous soyez atteint d’une infection par le virus. Votre premier devoir est de préserver votre propre santé. Vous avez également le devoir envers votre communauté d’éviter de propager l’infection.Obtenez des conseils médicaux appropriés et suivez-les. Il existe des jours de congé personnel, des jours de congé spécial, des indemnités d’invalidité de courte durée et de nouveaux programmes du gouvernement fédéral visant à minimiser l’effet sur les revenus des personnes.

Nous avons reçu des questions à savoir pourquoi Postes Canada traite les membres du STTP différemment, car ils n’ont pas à faire signer les articles à la porte. La réponse est qu’ils ne traitent pas les membres du STTP différemment parce qu’ils traitent tous les points de vente au détail de la même manière. Tous les bureaux de poste du STTP doivent suivre les mêmes procédures que les détaillants de l’ACMPA.

Nous enverrons plus d’informations dans les prochains jours et nous nous efforcerons de fournir des mises à jour plus fréquentes.Depuis plus de cent ans, notre association affirme que nous sommes plus forts lorsque nous travaillons en groupe vers un objectif commun. Cela n’a jamais été aussi vrai qu’aujourd’hui.